24 janvier 1986 : mort du peintre Paul Boinot

Il existe toujours, dans une petite ville, des personnages hauts en couleurs qui par leur caractère, leur implication dans la vie locale et leur générosité laissent un souvenir que les ans n’effacent pas. Paul Boinot fait partie de ces gens-là…

Né à Thouars en 1895, on garde de lui l’image d’un peintre amoureux de son territoire et qui, toute sa vie durant, avec sa palette, donna aux paysages thouarsais leurs plus belles couleurs.

Paul Boinot voit le jour dans l’actuel Café des Arts, où sa mère vend des produits exotiques. Son père, ingénieur, est au Tonkin. Il en revient malade et meurt alors que le jeune garçon n’a que 11 ans.

Quand éclate le premier conflit mondial, Paul Boinot se bat sur différents fronts de l’Est avant de rejoindre l’aviation. Démobilisé, on le retrouve à Paris, à Montmartre où il fréquente les peintres de la Butte. Revenu dans notre région, encouragé par l’artiste thouarsais René Aubelle, il se prend de passion pour la peinture et désormais, ne se lassera pas de « croquer » les paysages du Thouarsais.

Véritable passeur de savoir et d’émotions, il s’implique notamment dans le Syndicat d’Initiative, la confrérie de la Canette, la Foire aux vins sans oublier sa participation active à la création de la Cité libre du Vieux Thouars.

Après sa mort, le 24 janvier 1986, sa fille Paulette, fera vivre sa mémoire. Lorsqu’elle-même décède, elle fait don à la ville de Thouars d’une belle collection de tableaux de son père. Mais de nombreux thouarsais gardent aussi chez, accrochée au mur, une œuvre de cet artiste local qui maniait le pinceau comme le poète sa plume.