Marie-Charlotte de la Trémoïlle naît le 26 janvier 1632 au château de Vitré, en Bretagne, possession de son père. Elle est la [...]" />

26 janvier 1632 : naissance de Marie Charlotte de la TrémoÏlle

Marie-Charlotte de la Trémoïlle naît le 26 janvier 1632 au château de Vitré, en Bretagne, possession de son père. Elle est la fille d’Henri III de la Trémoïlle et Marie de la Tour d’Auvergne.

Elevée entre Thouars et Vitré, proche de sa mère qu’elle accompagne dans ses nombreux déplacements, elle conserve, comme sa mère, sa foi protestante, à la différence de son père qui, lui, avait abjuré auprès de Richelieu dès 1628.

Peut-être étouffée par la forte personnalité de Marie de la Tour d’Auvergne, Marie-Charlotte semble avoir été toujours assez effacée même si elle garde une haute opinion de son rang. Ainsi, lorsqu’on lui propose pour époux son propre cousin, le comte de Roye, elle le refuse pour ne pas descendre dans la hiérarchie aristocratique. Mais les années passent vite et à 30 ans, Marie-Charlotte n’est toujours pas mariée.

Finalement, le 18 juillet 1662, elle épouse Bernard de Saxe-Weimar, duc  de Saxe-Iena, en présence de la reine Marie-Thérèse, épouse de Louis XIV. Cette union arrangée a pour but d’entretenir les liens entre la cour allemande de Saxe et la cour de France.

Marie-Charlotte suit son époux à Weimar et lui donne cinq enfants, mais un seul parviendra à l’âge adulte.

Le couple ne s’entend pas et Bernard de Saxe se console dans les bras d’une jeune femme de la cour, Marie-Hélène von Kospoth. Elle lui donne un enfant et le duc de Saxe promet de l’épouser après avoir divorcé de Marie-Charlotte. Toutefois, aucun théologien ne cède à sa requête. Cela ne l’empêcha d’être uni à sa maîtresse par un jésuite en 1674 et pendant plusieurs années, Bernard de Saxe vit en bigamie. Secret dont tout le monde est au courant !

Malgré cette humiliation, Marie-Charlotte pardonne à son époux et ils resteront en bons termes jusqu’au décès de la duchesse, née la Trémoïlle, le 24 août 1682à l’âge 50 ans.

visuel : Marie Charlotte de la Trémoïlle en allégorie de la géométrie (Henri Beaubrun 1662)