1er mars 1795 : naissance du journaliste et député thouarsais François Boussi

Son nom n’est pas passé à la postérité. Le parcours de François Boussi mérite pourtant d’être signalé.

Né à Thouars le 1er mars 1795 dans une famille de la petite bourgeoise locale, François Boussi fait son droit et devient avocat à Bressuire où son talent d’orateur est reconnu. Sous la Restauration, on lui propose de devenir procureur du Roi à Bourbon-Vendée (La Roche sur Yon). Il refuse le poste, préférant être journaliste pour la Tribune des départements, journal républicain antimonarchiste, créé par les frères Fabre. Arrêté à plusieurs reprises pour ses prises de position, il est même accusé de fomenter un attentat contre le roi Louis-Philippe. Sous le coup de nombreuses condamnations, le journal cesse de paraitre en 1835. Boussi reprend sa robe d’avocat et plaide dans plusieurs affaires retentissantes.

Elu à l’Assemblée en 1848, il siège pendant une année dans le camp de la gauche modérée et prend plusieurs fois la parole devant les députés.

Egalement grammairien, on doit à François Boussi un « Traité de grammaire générale de la langue française », écrit avec Jean-Edme Serreau, paru en 1820, qui fera référence pendant de nombreuses années, et un ouvrage intitulé « Mécanisme du langage ou théorie des sons et articulations » publié en 1834.

François Boussi meurt à Bressuire en septembre 1868.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com