7 mars 1913 : Quand les phénomènes de foire attiraient les foules

Autre temps, autres mœurs… La presse locale de 1913 nous rappelle que les Thouarsais furent invités, le 7 mars, à venir « admirer » des personnages hors du commun. Le Géant Antonin et Les Colibris béarnais firent halte dans notre ville pour une représentation, lors d’une tournée durant laquelle ils furent considérés comme de véritables vedettes.

Né en 1892, à Chirassimont dans la Loire, dans une famille de tisserand, le jeune Antonin Cros atteint rapidement des proportions incroyables. A l’âge adulte, il mesure 2m25 et pèse 130kg.

Instruit, comprenant très tôt l’intérêt qu’il peut retirer de ses difformités physiques, pratiquant aisément l’autodérision, selon ses contemporains, le jeune homme est remarqué par l’impresario Oscar Maréchal qui l’engage pour l’exhiber dans les villes et villages en compagnie d’une fratrie de nains baptisés Les Colibris béarnais. Accueillis partout avec enthousiasme, ils vont connaitre une notoriété nationale, relayée par le déploiement de la photographie.  Atteint de tuberculose, le Géant Antonin décède en janvier 1914, non sans avoir fourni à son village de naissance des machines à coudre, acquises avec l’argent de ses cachets artistiques.

Les Colibris béarnais, applaudis également à Thouars ce 7 mars 1913, connaitront un parcours encore plus atypique. Issus d’une famille de neuf enfants, les Bernardet, installée à Bidache dans les Pyrénées Atlantiques, Marguerite, Alain et Marie-Jeanne sont atteints de nanisme. Leur petite taille fera leur succès. 71 cm pour Marguerite, 91 cm son frère Alain et 69 cm pour la cadette Marie-Jeanne, ils sont repérés là encore par le bateleur Oscar Maréchal qui leur donne leur nom de scène, Les Colibris Béarnais. Avec Antonin Cros, ils parcourent donc les routes de France avec le spectacle « Gulliver & Lilliput » dont le programme précise que « la troupe va continuer à voyager et plonger les peuples de tous les pays où ils passeront, dans l’admiration et l’étonnement ».

Le décès prématuré du géant Antonin, appelé aussi le « conscrit de Saint Symphorien » tant son passage au contrôle de conscription fut relaté dans la presse, met fin à la tournée.

Les Colibris béarnais sont alors appelés aux Etats-Unis, au cirque Barnum, sous les noms de Prince Denis, Princesse Marguerite et Lady Little, cette consonance aristocratique rappelant leur origine européenne. Puis, Hollywood met à profit leur petite taille dans « Le magicien d’Oz » avec Judy Garland ou « Sous le plus grand chapiteau du monde » avec Charlon Heston. Les nains Bernadet, mariés chacun aux Etats-Unis vivront respectivement jusqu’en 1970, 1980 et 1994.

Comme le précise la presse thouarsaise en mars 1913, lors du passage du Géant Antonin et des Colibris béarnais, « ce spectacle des plus curieux est un évènement comme on n’en a pas vu depuis des siècles » !

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com