4 mai 1897 : la comtesse de la Blotterie périt dans l’incendie du Bazar de la Charité

C’est une belle journée qui annonce déjà l’été. Ce mardi 4 mai 1897, toute la bonne société parisienne se presse rue Jean Goujon, entre la Seine et les Champs Elysées, pour le fameux Bazar de la Charité fondé en 1885. Cette vente de bienfaisance annuelle, assurée par les dames de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie attire chaque année une foule immense et permet de récolter des fonds pour les plus démunis.

Sur un terrain vague a été dressé un immense auvent en bois qui abrite les stands et les animations. Pour cette 12ème édition du Bazar, qui sera à coup sûr un vrai succès, on a choisi le thème du Moyen-âge et un décor a été imaginé avec des toiles peintes, recréant l’ambiance d’une rue médiévale.

Parmi les personnalités présentes ce jour-là, la duchesse d’Alençon, sœur de l’impératrice d’Autriche Sissi. Elle-même prend part à la vente de charité.

La comtesse Haward de la Blotterie est aussi remarquée. Née Jeanne Odart de Rilly, à Tours en 1850, elle vécut son enfance au château de Chenonceau, propriété de sa famille. Mariée à Edouard Howard de la Blotterie, sous-préfet, elle accompagne son époux au gré de ses affectations, et notamment à Loudun, par ailleurs berceau de la famille de la Blotterie. C’est ainsi que  Jeanne s’attache à cette terre et loue le joli château de Rigny, à Saint Léger de Montbrun, près de Thouars.

Partageant son temps entre Paris et le Poitou, elle rejoint la capitale quelques jours plus tôt pour assister à cet évènement mondain.

Ce 4 mai dans l’après-midi, la fête bat son plein. Plus de mille personnes se pressent au Bazar. On a même prévu en attraction une projection cinématographique, ce procédé inventé quelques mois auparavant par les frères Lumière.

Las, vers 16h15, le projecteur s’embrase. Rapidement, les flammes se propagent aux décors, aux toiles peintes et à la charpente du hangar de bois. En quelques minutes, le bâtiment est en flammes et la panique est totale. 125 victimes, principalement des femmes et des enfants, périssent dans la tragédie.

La comtesse de la Blotterie meurt étouffée dans l’incendie. Sa disparition laisse un époux et quatre filles affligés. Le corps de la malheureuse est ramené en Poitou et inhumé à la chapelle de Ranton. Après la mort de sa femme, le comte de la Blotterie ne viendra plus jamais à Rigny où sa femme avait été si heureuse…

Visuel : la comtesse de la Blotterie en famille (remerciements à Mme Nelly du Cray)

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com