7 mai 1429 : le vicomte de Thouars est aux côtés de Jeanne d’Arc à Orléans

Au cœur du XVème siècle, la Guerre de cent ans fait rage. Français et anglais s’affrontent régulièrement sur les champs de bataille tandis que le pouvoir du roi de France est affaibli par les luttes entre Armagnacs et Bourguignons. En 1428, le nord de la France est sous domination anglaise alors que le Sud est resté fidèle au jeune roi Charles VII.

La Loire est une sorte de frontière entre les deux territoires. L’armée royale doit donc franchir le fleuve mais rares sont les ponts subsistants. Celui d’Angers, protégé par son imposant château est imprenable. Le choix se porte alors sur Orléans. Depuis octobre 1428, la région d’Orléans est aux mains des anglais, dirigés par Thomas de Montaigu, comte de Salisbury.

Les seigneurs fidèles au roi de France marchent vers la Touraine et l’Orléanais. Parmi eux, Louis d’Amboise, vicomte de Thouars. Par l’immensité de son territoire et sa richesse, Louis d’Amboise est l’un des seigneurs les plus influents auprès du jeune monarque. Lorsque Jeanne d’Arc arrive à Orléans, après avoir rencontré le jeune roi Charles à Chinon, en février, les chefs de l’armée royale doutent de sa compétence. Mais rapidement, face à sa détermination, ils se rallient à elle et Louis d’Amboise devient l’un de ses plus fidèles lieutenants.

A partir du 29 avril, la bataille fait rage, les troupes françaises prennent le dessus. Le 7 mai 1429, Jeanne et ses troupes se lancent à l’attaque de la dernière position anglaise. Blessée, celle que l’on appelle la pucelle (qui à l’époque désigne la jeune fille) n’en poursuit pas moins le combat et en fin de journée, les anglais cèdent la place.

Le lendemain, 8 mai, Jeanne d’Arc fait son entrée dans Orléans, suivie par ses soldats et leurs chefs, dont Louis d’Amboise, vicomte de Thouars.

Visuel : Jeanne d’Arc au siège d’Orléans (par Jules Lenepveu – 1886 Panthéon)

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com