22 mai 1885 : mort de Victor Hugo

Ce 22 mai 1885, la France est tétanisée. Victor Hugo s’éteint après une agonie de plusieurs jours. On le croyait immortel… Il aura droit à des obsèques nationales.

Parmi les nombreux ouvrages de Victor Hugo, citons « Choses vues » dans lequel le nom de Thouars est mentionné. Publié à titre posthume en deux tomes (1887 et 1900) Hugo relate dans cet ouvrage volumineux les événements survenus au cours de son existence. La mort de Talleyrand, le retour des cendres de Napoléon, la Révolution de 1848, la chute du Second empire ou l’avènement de la Troisième république sont ainsi évoqués. Mais il relate aussi les personnages rencontrés dans le cours de son existence et les paysages traversés lors de ses voyages en France et à l’étranger pendant son exil.

Dans  » Choses vues 1830-1848 » qui relate une première partie de sa vie, Victor Hugo évoque son passage dans notre région. Nous sommes vraisemblablement en 1844. Victor Hugo et sa maîtresse Juliette Drouet reviennent d’Espagne. A Rochefort, ils ont appris la mort tragique de Léopoldine, la fille aînée du romancier qui s’est noyée avec son époux. Après un détour par la Garnache en Vendée où est sa famille maternelle, Victor Hugo remonte vers Paris en diligence. Il écrit :

 » Depuis le matin, le pays que nous traversons est assez joli. Nous traversons plusieurs jolis villages. Dans quelques-uns il y a des ruines et des restes de vieux châteaux et de vieux couvents…/… Nous voyons de loin, à gauche, une très belle ville que nous croyons n’être pas dans notre direction, mais la route, après avoir longtemps tourné nous amène en bas de la montée de Thouars. Il est impossible de rien voir de près de plus doux, de plus mélancolique et de plus charmant que l’entrée de cette ville. Nous passons devant un vieux château fort et nous nous arrêtons devant le portail d’une vieille église romane.  »

On peut aisément penser que sous la dénomination de vieux château fort, l’écrivain évoque la Porte Maillot qu’il aperçoit en traversant le Thouet par le Pont neuf. Quant à l’église romance, il s’agit sans doute de l’église Saint Médard.

Visions furtives retranscrites à la plume pour faire mémoire. Victor Hugo poursuivait sa route vers sa destinée.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com