14 juin 1920 : mort de la comédienne Réjane

Le 17 juin 1924, par décision municipale, une petite voie de la vieille ville de Thouars, entre la Tour du Prince de Galles et la place St Médard, prend le nom de rue Réjane, en hommage à la célèbre comédienne aux origines thouarsaises.

Effectivement, la mère de Réjane, Adèle Bernou, était native de Thouars et travailla un temps avec ses parents au café des Sauvages, situé place des Cordeliers et aujourd’hui disparu, mais dont les carreaux illustrés sont encore visibles.

A la mort de son père, la jeune Adèle monte à Paris, où une partie de sa famille maternelle travaille dans le milieu du spectacle. L’un de ses oncles est directeur de l’hippodrome du pont de l’Alma et produit des spectacles équestres. L’autre est un comédien reconnu. En 1855, la jeune femme épouse Charles Réju. Tous deux travaillent au Théâtre de l’Ambigu où Adèle tient la caisse et le bar. Charles est régisseur. C’est dans cet univers que nait la petite Gabrielle Réju, le 5 juin 1856. A côtoyer chaque soir les comédiens, à se perdre dans les loges et les coulisses, à rêves dans les costumes, la fillette prend le virus de la scène. Primée au Conservatoire en 1854, elle devient très vite incontournable et sa notoriété grandit. Elle est considérée comme l’égale de Sarah Bernhardt. Toutes deux sont d’ailleurs amies et n’évoluent pas dans le même registre dramaturgique. Si la grande Sarah est reine de la tragédie, Réjane excelle dans le drame social, la comédie de boulevard et le divertissement. On lui doit notamment la création de « Madame Sans-gêne » écrit pour elle par Victorien Sardou.

Adulée dans le monde entier, surnommée « La Parisienne » en référence à l’une de ses pièces à succès, Réjane, la comédienne aux racines thouarsaises, s’éteint à Paris le 14 juin 1920, veillée par Marcel Proust qui était l’un de ses amis.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com