30 juillet 1670 : mort d’Hannibal de la Trémoïlle

Né en 1595, Hannibal est le fruit de la liaison entre Claude de la Trémoïlle et Anne Garand, issue d’une modeste famille de Thouars. Hannibal a trois ans quand son père épouse Charlotte-Brabantine d’Orange Nassau. Bâtard, il est toutefois considéré comme un membre à part entière de la famille ducale et élevé avec ses frères et sœurs. Avant de mourir en 1604, Claude de la Trémoïlle, par testament, reconnait officiellement Hannibal comme enfant naturel, avec les avantages et prérogatives que cela implique. De fait, et bien qu’ainé de la fratrie, Hannibal marquera toujours respect et déférence à son cadet, Henri, héritier en titre du duché de Thouars. Envoyé à Paris avec son frère pour parfaire ses études, Hannibal rejoint ensuite les oncles de sa marâtre en Hollande pour se former aux armes. Puis, il accompagne son plus jeune frère Frédéric en Allemagne et à Venise, ayant pour mission d’atténuer les frasques de ce jeune prince, rebelle et fougueux.

En août 1628, Hannibal est nommé par son frère Henri, gouverneur du comté de Taillebourg, possession de la famille de La Trémoïlle. Par sa situation géographique stratégique et sa citadelle fortifiée, Taillebourg était une place forte importante qui attirait bien des convoitises. Après son mariage avec Jacquette Derays, issue d’une famille de notables thouarsais, Hannibal est légitimé en 1630 et anobli par le roi Louis XIII cinq ans plus tard. Il portera désormais le titre de comte de Marcilly.

Hannibal s’acquitte de sa tâche de gouverneur de Taillebourg avec loyauté et efficacité pendant plus de vingt ans sachant déjouer les chausse-trappes liés au conflit religieux ou à la révolte des nobles contre le jeune roi Louis XIV, lors de la Fronde.

De retour en Poitou, Hannibal devient gouverneur de Thouars en 1652 et accompagne le duc de la Trémoïlle dans la gestion de ses biens. En août 1659, sa signature apparait d’ailleurs sur un courrier relatif à des travaux dans la chapelle du château de Thouars. C’est dans cet édifice religieux qu’il est enterré à sa mort, le 30 juillet 1670.

Visuel : Château de Taillebourg par Nicolas Moreau (1833) – dessin paru dans « La Revue franco-anglaise »

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com