6 septembre 1713 : mort de Régnier Desmarais

Une rue de Thouars porte son nom et pourtant, Régnier Desmarais a depuis longtemps quitté la mémoire collective.

Né à Paris en 1632, dans une famille de petite noblesse, François-Séraphin Régnier Desmarais fut célèbre en son temps pour ses écrits. Grammairien, on lui doit plusieurs ouvrages sur la langue française. La plume de Régnier Desmarais s’exprima aussi dans la traduction d’ouvrages en latin et dans la poésie. Fin lettré, il est élu en 1670 à l’Académie française dont il devient secrétaire perpétuel treize ans plus tard. Sachant se rendre indispensable dans les milieux aristocratiques, il se voit confier plusieurs missions diplomatiques par Louis XIV.

Au fil du temps, l’aristocratie française avait obtenu le droit de nommer des hommes à de hautes fonctions ecclésiastiques sans avoir besoin de l’approbation de Rome, pourvu qu’ils ne soient pas mariés. C’est ainsi qu’en 1678, en remerciement de ses bons et loyaux services, Régnier Desmarais est nommé par le Roi abbé commandataire de l’abbaye Saint Laon de Thouars. Mais ce titre est avant tout honorifique et il est vraisemblable que le nouveau responsable des chanoines ne vint que rarement dans la cité des ducs de la TrémoÏlle. Dans ses mémoires, il évoque lui-même ses nombreux déplacements en France et à l’étranger, au service de la Couronne,  bien qu’il ait écrit « Rarement, à courir le monde, On devient un homme de bien. »…

Voltaire lui rendit hommage par ses mots : « Il a rendu de grands services à la langue française ».

François-Séraphin Régnier Desmarais meurt à Paris le 6 septembre 1713… en ayant mangé trop de melon, précise Berthre de Bourniseaux dans son « Histoire de la ville de Thouars » !

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com