27 septembre 1920 : tragique vente aux enchères à Luzay

L’affaire fit grand bruit à l’époque. Même les journaux nationaux relatèrent l’évènement. L’histoire tragique et banale d’un homme ne supportant plus sa déchéance sociale…

Ce jour-là, le lundi 27 septembre 1920, monsieur Lécureuil, ancien militaire retiré à La Coindrie de Luzay près de Thouars, assiste à la dispersion de ses biens. Déjà éprouvé par de mauvaises affaires, il a dû vendre sa propriété et doit désormais se séparer de ses objets de valeur.

Alors que dans la cour de son ancienne demeure, la vente aux enchères va bon train, l’officier retraité surgit, revolver au poing, et fait feu sur les personnes présentes. Le maire de Luzay, Charles Arthus, s’écroule, tué sur le coup. M. Lévy, marchand de biens à Thouars est grièvement blessé. Chacun cherche à s’abriter, à éviter les coups de feu. Ivre de fureur, Lécureuil se réfugie dans une pièce à l’étage de sa maison, se barricade et menace quiconque tente de le ramener à la raison. Appelés sur les lieux, les gendarmes n’obtiennent pas de meilleur résultat et la résistance du forcené dure plusieurs heures. Finalement, en fin de journée, un coup de feu retentit. Lécureuil s’est tué avec la dernière balle de son révolver d’ordonnance. Militaire de carrière, capitaine au 114ème régiment d’infanterie de Thouars, c’est là qu’il rentra sa femme. Il s’établit alors dans la région. Puis, commandant le 125ème R.I. basé à Chinon pendant la 1ère Guerre mondiale, il fut démobilisé pour raisons médicales. De retour au foyer, son état psychologique se dégrada, entrainant une mauvaise gestion des affaires familiales. C’est ce qui mirent en avant les experts à l’issue de ce triste fait divers local.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com