Société d'Histoire, d'Archéologie et des Arts du Pays Thouarsais

BLOG

blog

29 mars 2021

La SHAAPT acquiert une nouveau carreau du cabinet de Marie de laTour

Ces célèbres carreaux de faïence font partie de l’histoire de la ville mais sont aussi très prisés des collectionneurs du monde entier. Ils sont le témoignage des grandes heures du château des ducs de la Trémoïlle.

En 1636, la duchesse de Thouars passe commande de ces pièces au maître-faïencier Antoine Conrade, installé à Nevers. Pour un montant de 144 livres, celui-ci devra fournir 432 carreaux et 96 demi-carreaux aux armes de Marie de la Tour. Conrade est l’un des plus célèbres faïenciers de l’époque, employant jusqu’à 500 ouvriers dans ses douze ateliers. En sollicitant celui à qui Louis XIV octroiera le brevet de « Faïencier du Roi », la duchesse de Thouars peut s’enorgueillir d’avoir un aussi beau pavement que celui de Marie de Médicis au palais du Luxembourg.

Mais après la Révolution, le château de Thouars connait un triste sort, démantelé et transformé au gré de ses affectations en collège puis prison.

Le pavement du cabinet de Marie de la Tour est détruit et les carreaux éparpillés. Au fil des décennies, on en voit apparaitre dans des collections privées, dont celle de l’ancien président Giscard d’Estaing ou celle de la Princesse de Mérode, au Château de Serrant, en Anjou. Plusieurs musées présentent également un exemplaire dans leurs collections, comme les établissements de Niort, Poitiers, Saumur ou encore le musée de Cluny, à Paris. Le Musée de Thouars, pour sa part, en possède déjà une trentaine d’exemplaires, formant une frise donnant idée de ce que pouvait être le sol du cabinet de Marie de la Tour.

Grâce à la générosité de ses mécènes, la SHAAPT a pu en acquérir un nouveau qui viendra compléter la collection du musée. L’exemplaire récemment acquis (885 € avec les fais) vient de la collection de l’ancien thouarsais Jacques Gelusseau, figure locale des années 1950/1960. Il y avait apposé son tampon au revers. Vendu à son décès, ce carreau était arrivé chez un antiquaire de Poitiers où la Société d’Histoire l’avait identifié. Ce dernier en voulait, à l’époque, un prix bien trop élevé (2400€) et la SHAAPT avait alors abandonné la partie. L’antiquaire en question est décédé. Par l’entremise de l’historien thouarsais Grégory Vouhé, la SHAAPT a essayé de prendre contact avec sa veuve. Hélas, la veille de notre appel, un autre antiquaire venait d’acheter tout le stock du professionnel poitevin. Mais, dans le domaine des Arts, il faut être patient… Un an plus tard, le fameux carreau de Marie de la Tour était annoncé dans une salle de ventes d’Orléans. Voilà comment la SHAAPT a pu concrétiser cette acquisition et faire revenir ce carreau sur sa terre d’origine.

Merci encore à tous ceux qui, par la majoration de leur cotisation ou leur participation à nos dîners littéraires, permettent à la SHAAPT d’œuvrer pour le mécénat local.

 

Visuel : ©musée henri barré

recevoir les article du blog par Mail

Articles Récents

  • 05 août 1902

    Mort du député Honoré Pontois
  • 02 août 1935

    La canicule frappe le Thouarsais
  • 01 août 1202

    Aimery VII de Thouars délivre Aliénor d'Aquitaine
  • 30 juillet 1670

    Mort d'Hannibal de la Trémoïlle
  • 26 juillet 1659

    Le pape Alexandre VII confirme la Sainte Chapelle de Thouars

Contactez nous

SHAAPT
BP 17
79100 thouars

Suivez-nous

facebook
youtube

OBJET DU CONTACT