Société d'Histoire, d'Archéologie et des Arts du Pays Thouarsais

BLOG

blog

12 février 1765

Le duc de Thouars est confirmé pair de France

Initié en 1275 par le roi Philippe III le Hardi pour s’entourer de ses plus fidèles alliés, la pairie est initialement politique et militaire. Elle devient très vite convoitée par les hautes familles aristocratiques du royaume quand, au fil du temps, elle s’accompagne de revenus conséquents. De douze à l’origine, on arrivera à quarante-trois pairs en 1789, la charge étant devenue avant tout honorifique. Ainsi, la pairie n’autorisait plus le titulaire à siéger au conseil royal mais seulement au parlement de Paris.

Le duché de Thouars, pour sa part, a été élevé en pairie dès 1595 par Henri IV. Cette distinction marquait alors l’importance du domaine des seigneurs de Thouars, l’estime que le roi de France portait à la famille de la Trémoïlle mais aussi les devoirs qui incombaient à ces derniers pour soutenir la Couronne. Il n’est pas inutile de rappeler qu’étymologiquement, pair vient du latin ‘paris’ qui signifie ‘l’égal en dignité’.

Transmissible de père en fils, le titre doit toutefois être confirmé. C’est le cas, ce 12 février 1765, lorsque Louis XV confirme Jean-Bretagne Charles Godefroy de la Trémoïlle comme pair de France lors d’une cérémonie solennelle, ce qui lui vaut d’être appelé « mon cousin » par le Roi.

Soldat accompli, Jean-Bretagne Charles Godefroy de la Trémoïlle a démarré son parcours dans les armées royales, lors de la guerre de Sept ans où il a prouvé sa bravoure. Il est ainsi nommé maréchal de camp des armées du Roi et chevalier de l’ordre de Saint Louis. Prince de Tarente, aussi titré comte de Laval, de Vitré et de Montfort et baron de Montreuil-Bellay, le duc de Thouars vit essentiellement à la cour, à Versailles, et dans son hôtel parisien. Outre les revenus qu’il lui rapporte, le titre de pair de France autorise le duc de Thouars à entrer en carrosse dans les châteaux royaux, à danser avec les membres de la famille royale, à accompagner le roi lors des audiences et, pour la duchesse son épouse, à disposer d’un tabouret auprès de la reine, ce qui signifie là encore, être aux côtés de la souveraine lors des réceptions officielles.

Mais aux premières heures de la Révolution, tout s’effondre en quelques mois. Le duc de la Trémoïlle fait partie de la première vague d’émigration. Réfugié à Chambéry, le duché de Savoie n’étant pas alors français, il meurt d’apoplexie en 1792.

A la Restauration, en 1814, la Chambre des pairs est rétablie par Louis XVIII et les Trémoïlle y seront à nouveau présents.

 

(visuel : le duc de la Trémoïlle en famille  ©gravure XVIIIème siècle – coll. privée)

recevoir les article du blog par Mail

Articles Récents

  • 05 août 1902

    Mort du député Honoré Pontois
  • 02 août 1935

    La canicule frappe le Thouarsais
  • 01 août 1202

    Aimery VII de Thouars délivre Aliénor d'Aquitaine
  • 30 juillet 1670

    Mort d'Hannibal de la Trémoïlle
  • 26 juillet 1659

    Le pape Alexandre VII confirme la Sainte Chapelle de Thouars

Contactez nous

SHAAPT
BP 17
79100 thouars

Suivez-nous

facebook
youtube

OBJET DU CONTACT